elsevierModélisation des processus d’épuisement professionnel liés aux facteurs de risques psychosociaux : burn out, bore out, stress chronique, addiction au travail, épuisement compassionnel

Article de Frédéric Chapelle publié par Elsevier Masson au nom de l‘Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive

Il y a une cinquantaine d’année, au Japon, a été décrit le phénomène de karoshi : la mort par infarctus ou par accident vasculaire cérébral en lien avec les conditions de travail. Différents troubles sont progressivement apparus dans le monde du travail en Occident comme le workaholism, l’épuisement compassionnel, le burn out ou encore le bore out. Ces troubles correspondent à des processus psychologiques qui se mettent en place en réponse à des facteurs de risque psychosociaux comme la surcharge de travail, la perte de sens au travail, la surexposition à l’empathie. . . et aboutissent au final à un épuisement physique et/ou psychique et/ou émotionnel et/ou compassionnel. Tous ces processus peuvent aboutir à des épuisements pouvant se compliquer sur le plan médical de pathologies qu’elles soient somatiques ou psychiatriques, et sur un plan plus général d’accidents ou d’erreurs professionnelles. Le terme de burn out est devenu le principal terme pour parler d’épuisement professionnel alors que d’autres processus d’épuisement existent n’incluant pas les mêmes types de facteurs de risques psychosociaux ni les mêmes profils psychologiques. Nous proposons une modélisation des différents processus d’épuisement professionnel avec leurs particularités et leurs proximités. Nous présentons les modalités de prises en charge psychothérapeutiques de ces processus d’épuisement.

pdficon

Lire l’intégralité de l’article

Plos oneCOMMENT IDENTIFIER ET PRIORISER LES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX QUI IMPACTENT LE NIVEAU DE STRESS

Article de recherche publié dans la revue scientifique Plos one, éditée par la Public Library of Science. Par Patrick Légeron, Mounia N. Hocine, Karim Aït Bouziad, William Dab, Gilbert Saporta – en anglais

Cet article est le fruit de la collaboration depuis deux ans de Stimulus avec deux équipes prestigieuses du CNAM, celle de William DAB (Epidémiologie et Surveillance des Risques Sanitaires) et de Gilbert SAPORTA (expert international en statistiques). A partir de 10.000 évaluations, tirées du panel de Stimulus, nous avons appliqué un traitement statistique nouveau, en combinant plusieurs approches, dont le modèle IPA (Importance Performance Analysis). Notre souhait était de voir comment une approche différente de celle de Cooper peut être pertinente dans le traitement des résultats de nos évaluations. Ceci afin d’avoir une méthode permettant de mieux «prioriser» les facteurs de risques psychosociaux et d’en déduire les actions les plus pertinentes à mettre en place.

pdficonLire l’intégralité de l’article

 

 

Partager cette page

FacebookTwitterMore...